Liturgie

La liturgie est première

« Fleurir pour la liturgie invite à recueillir ce que les fleurs nous donnent à voir déjà de ces réalités invisibles, à le recevoir comme une prière qui nous est offerte, et que nous pouvons alors, mais alors seulement, partager avec tous pour la louange. Elles sont souvent tellement humbles dans la prairie, au bord du chemin ou au jardin qu’elles rejoignent comme naturellement « la noble simplicité » que le Concile souhaite pour ses rites. »

« Comme tout service de la liturgie : animation, lecture, musique… le fleurissement demande une part de technique ne serait-ce que pour respecter au mieux la nature qui se donne ; comme tous, celui-ci demande que celles et ceux qui s’y exercent, découvrent toute la richesse de la liturgie, ses rites, ses rythmes, son espace… son sens surtout. Le Concile a voulu voir dans la liturgie une épiphanie : elle est l’Église en prière. »

« Le Concile souligne que « les actions liturgiques… appartiennent au corps tout entier de l’Église ». Animer, lire, chanter, fleurir… sont vraiment au service de « la participation pleine, consciente et active » de tous les fidèles. »

+ Père Philippe Gueudet