LES TROIS DIMENSIONS D’UNE COMPOSITION

Équilibre d’une composition

Que nous fleurissions à partir d’une souche, dans un grand contenant  ou une petite coupe,  nos compositions doivent toujours avoir trois dimensions : Qu’est-ce à dire : trois mots : hauteur, largeur et profondeur. Facile à dire mais pas toujours évident à faire surtout si les bases de techniques florales ne sont pas acquises. Alors comment voir clair pour avoir des bouquets architecturés, gardant le naturel des végétaux cueillis et choisis, ce qui est préférable à l’achat de verdure chez le fleuriste, mais parfois il n’y a pas d’autres solutions selon le lieu où l’on habite.
Nous nous en tiendrons donc aux trois dimensions.

La hauteur

C’est la verticalité de la composition. La composition est ascensionnelle (droite) elle peut se faire dans un vase droit, dans une coupe basse ou une souche (dans ces deux derniers cas) la hauteur est à déterminer selon la dynamique souhaitée pour cette composition et les éléments choisis).

Le premier élément peut être constitué d’un bois mort, de feuillage ou de fleurs il  fera une fois et demie à deux fois la hauteur du contenant (ceci dans un vase droit ,  dans une coupe basse ou une souche il faut définir la hauteur de la composition souhaitée)  c’est lui qui donnera la ligne directrice du bouquet, ce sera le plus long et le plus fin ensuite il sera  enrichi et complété au fur et à mesure par d’autres branches de feuillage et les fleurs toujours en quinconce et de hauteur différentes. Ces proportions  peuvent être allongées si le végétal est léger, tout est question d’harmonie avec l’environnement et le contenant. Le point focal sera placé au pied de la ligne de hauteur.

La largeur

C’est l’horizontalité de la composition, elle diffère selon les types de bouquets choisis. Un bouquet droit aura une largeur donnée par les plans successifs et dégradés à des niveaux différents, le type « Médicis » aura carrément des bras qui feront la moitié  de l’élément principal défini précédemment avec des végétaux eux-mêmes horizontaux, d’où l’importance du choix des matériaux dans la nature même. Se méfier des plans droits en éventail qui font des bouquets plats et exagèrent l’horizontalité.

La profondeur

C’est le volume de la composition ce sont les plans différents qui donnent le volume,  à l’avant en insérant autour et à la base du point focal des éléments plus rond plus forts, à l’arrière derrière la branche principale fleurs ou feuillage en dégradé donneront de l’assise au bouquet.

© Composition florale de Frère Didier

Une composition réussie doit se voir de tous les côtés même lorsqu’elle est placée sur le côté de l’autel.

Les trois dimensions sont les critères à respecter quelle que soit la composition, une petite composition a les mêmes règles, avec des éléments plus légers et fins.

Selon les régions les végétaux, feuillages et fleurs varieront mais la règle restera la même légèreté et élan en hauteur, rayonnement et recueillement par le point focal, le volume s’intensifie à la base et assure de la stabilité à la composition, enracinement de la composition par le contenant souche ou vase, ou coupe.

NB  Si dans la liturgie nos composition sont souvent « ascensionnelles » il peut y avoir des compositions dont la ligne est plus horizontale que verticale à ce moment là c’est l’horizontalité qui sera la ligne directrice, la verticalité  moindre même si elle est présente et la profondeur nécessaire de toute façon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.